Beaujolais nouveau 2019 : une cuvée aux arômes fruités

Publié dans Découvertes le 21 oct. 2019
Beaujolais nouveau 2019

Le Beaujolais nouveau est un vin d’appellation d'origine contrôlée qui est composé, en très grande majorité du cépage Gamay, plus exactement le Gamay noir à jus blanc. Même si d’autres cépages sont autorisés dans l’assemblage, ils le sont en quantités si infimes que le principal à retenir reste le Gamay. La qualification de vin nouveau signifie qu’il doit être commercialisé dans l’année, avant les vendanges suivantes.

 

L’histoire du Beaujolais nouveau

Le vin d’appellation Beaujolais nouveau est produit dans une zone se situant dans le nord du Rhône et le sud de la Saône-et-Loire. Cette aire de 55 kilomètres de long couvre la majeure partie de la plaine de Saône et du Piémont des Monts du Lyonnais. Elle comprend une centaine de communes, dont Beaujeu, qui est la capitale du Beaujolais.

 

L’arrêté du 8 septembre 1951

L’appellation « Beaujolais Nouveau » vient d’une note qui a fait suite à un arrêté paru dans le Journal officiel du 8 septembre 1951. Le dit arrêté stipulait que les vins d’appellation d’origine ne devaient être vendus qu’à partir du 15 décembre. 

 

Les lois de 1967 et 1985

Pour le Beaujolais Nouveau l'histoire se résume comme suit : les commerçants de vin lyonnais avaient pour habitude d’acheter ce vin primeur faiblement fermenté directement dans un vignoble du Beaujolais pour ensuite les revendre à leurs clientèles lors de la fête du Beaujolais. Les lois de 1967 et 1985 concernant les dates de sa commercialisation ont été ensuite mises en vigueur.    

Après la parution de cette note, la date de sortie du Beaujolais primeur varia, et ce, pendant une quinzaine d’années. C’est seulement à partir de 1967 qu’elle fut fixée au 15 novembre. Mais en 1985, la date a été à nouveau changée et fixée au troisième jeudi de novembre. 

Les lois de 1967 et 1985 fixèrent les dates officielles de la consommation du Beaujolais nouveau : d’abord le 15 novembre à minuit, puis le 3ème jeudi du mois de novembre. Déguster le Beaujolais, ce grand cru devient alors synonyme de premières dégustations de l’année.

 

Véritable filon commercial

À partir des années 1980, les vignerons se sont rendu compte que les vins du Beaujolais nouveau représentaient un véritable filon commercial. Avec une boisson modeste, peu chargée en alcool, ils se sont évertués à faire un produit plus tendance en faisant ressortir des arômes fruités. 

Les viticulteurs ont alors recours à des levures artificielles pour accentuer les saveurs de violette ou le goût de banane, ajoutant du sucre pour faire monter le taux d’alcool ou donnant la couleur ou les arômes au vin grâce à la macération pré-fermentaire. 

Résultat des courses : le Beaujolais Nouveau se standardise et commence à se répandre partout dans le monde. Chaque année, on exporte plus de 54 millions de bouteilles de vin dans près de 110 pays.  

 

Un phénomène reconnu mondialement

Ce vin mis en bouteille en France est apprécié dans le monde entier, notamment en Asie et aux États-Unis. La notoriété du Beaujolais Nouveau a pris d’assaut les Japonais et les Coréens. Pendant les cérémonies qui se font plus extravagantes que jamais, les plus téméraires se baignent dans un bain chaud de ces vins nouveaux ! En seulement 30 ans, le Beaujolais Nouveau a su accéder au plus haut trône !

 

La cuvée de Beaujolais nouveau 2019

Comme chaque année, les verres se lèvent en l’honneur du Beaujolais Nouveau. Le Beaujolais Nouveau 2019 ne va pas faire d’exception ! Tous attendent avec impatience la sortie de ce grand vin.

 

Son prédécesseur

Pour la petite histoire, la dernière cuvée du Beaujolais nouveau est sortie le jeudi 15 novembre 2018. Ce millésime hors norme s’est distingué par des raisins gorgés de soleil. Les fruits ont bénéficié de 50 jours d’ensoleillement, de juin 2018 à septembre 2018. Du jamais vu ces dernières années.

Si en 2017, la production était moindre à cause de la grêle. Pour l’année 2018, la quantité, comme la qualité ont été au rendez-vous. Elle a été comparée à celle de 2015, mais aussi à celle de l’année 1964, d’après les puristes.

Ce vin surprend par son goût. De plus, il ne fait pas de l’ombre aux autres crus du Beaujolais, car chacun a ses avantages spécifiques. Le Beaujolais Nouveau est un vin simple, sans chichis, qui ne requiert pas de gros travail de vinification. 

Néanmoins, son goût reste frais, croustillant et charmeur, un vrai régal pour les papilles ! La cuvée du Beaujolais nouveau 2019, espérons-le, sera encore meilleure !  

 

La fabrication du Beaujolais nouveau 2019

Cette appellation Beaujolais Nouveau 2019 répond à un cahier des charges bien précis que les producteurs doivent respecter à la lettre. Beaucoup d’efforts sont réalisés dans les vignes ou plus précisément dans les vieilles vignes pour la macération des grappes entières qui sont cueillies à la main. Cette méthode ancestrale, effectuée en 4 jours, est appelée « la méthode carbonique ». Ce qui confère au vin sa saveur fruitée, florale et épurée avec une faible présence de tanins.

Le Gamay noir N est essentiellement le cépage utilisé. Mais des cépages accessoires tels que le melon, le Pinot gris et noir ainsi que le Chardonnay sont autorisés, sans dépasser les 15 %.   

 

Sa conservation

Le Beaujolais Nouveau 2019 sera présent dans les rayons quelques semaines après sa commercialisation. Au-delà, il sera retiré. En effet, il faut savoir que ces crus ne sont pas des vins de garde. 

Au grand maximum, ils se conservent 6 mois. Vous n’aurez donc pas besoin de chercher un endroit frais et sec dans votre cave pour votre bouteille de vin. Buvez-la sans attendre !

 

Une notoriété inconditionnelle et intemporelle

Le Beaujolais Nouveau est une cuvée qui sera fêtée dans les bistrots avec, en prime, des charcuteries lyonnaises ou un bon fromage de chèvre frais. De nombreux restaurants et cafés proposent une dégustation à la carte pendant quelques jours. Pas la peine donc de s’y précipiter le jour J.   

Digne des meilleurs vins, ce breuvage de renom international va continuer de faire son chemin encore un bout de temps ! L’engouement pour ce vin n’est pas prêt de s’arrêter de sitôt !

Coraline AEIMERTON est l'auteur de cet article

Partagez cet article